LIVRAISON EN 3-5 JOURS OFFERTE DÈS 10€ D'ACHAT

CONSEILS AUX VOYAGEURS : 

SITUATION MONDIALE LIÉE A LA PROLIFÉRATION DES MOUSTIQUES

Près de la moitié de la population mondiale est exposée aux maladies vectorielles transmises par les moustiques. Cette situation est loin de s’améliorer puisque les maladies vectorielles sont en pleine résurgence à cause de nombreux facteurs : la croissance de la population, l’urbanisation rapide et non-planifiée, la mondialisation, les échanges internationaux et l’accès limité aux soins ; tous ces facteurs étant en phase avec le changement climatique.1

Les maladies vectorielles transmises par les moustiques représentent actuellement 17% des maladies infectieuses, selon l’OMS. Les cinq principales maladies vectorielles sont : le paludisme ou malaria, la dengue, la maladie à virus Zika, la maladie à virus Chikungunya, et la fièvre jaune.

Figure : Répartition et nombre de cas endémiques et importés des cinq maladies vectorielles transmises à l’homme par les moustiques, de 2017 à 2019 (figure issue de Pathogens, 2020).1  

Le Paludisme ou Malaria

Le paludisme est la première maladie parasitaire mondiale avec plus de 80 pays et 3 milliards d’individus exposés. Parmi les 241 millions de cas par an, l’Afrique sub-saharienne compte 85% de cas endémiques et la France a recensé 5500 cas d’importation en 2020. Le paludisme est provoqué par la transmission de parasites Plasmodium, portés par les moustiques infectés, du genre Anopheles.

La gravité de la maladie dépend de l’espèce de Plasmodium transmise, qui peut être létale dans 0,26% des cas, représentant 627 000 décès par an.

Les conseils aux voyageurs se rendant dans une zone endémique au paludisme sont d’abord d’éviter les piqûres de moustiques, puis éventuellement de prendre un traitement antipaludique en prophylaxie. Cependant, ce traitement ne peut pas toujours être prescrit et n’est pas une protection absolue. Par exemple, certains cas d’adaptation de Plasmodium ont déjà été observés et n’ont conduit à aucune efficacité du traitement. Depuis 2021, l’OMS recommande un nouveau vaccin, le « RTS,S », qui prévient contre les formes graves de Paludisme, mais uniquement associées au parasite Plasmodium falciparum. Ainsi les traitements et le vaccin ne protégeant pas systématiquement ou pas contre toutes les formes de paludisme, la protection contre les piqûres reste primordiale.1,2

La Dengue

La dengue est provoquée par la transmission d’un des quatre sérotypes du virus de la dengue (DENV-1, DENV-2, DENV-3 et DENV-4), portés par les moustiques infectés, du genre Aedes. 3,6 milliards d’individus y sont exposés et plusieurs centaines de millions de cas sont reportés chaque année. Due à la prolifération du moustique tigre, Aedes albopictus, en Europe et en France, le nombre de cas de dengue, endémiques à la France métropolitaine, a été multiplié par dix depuis son apparition en 2010.

La dengue est une maladie fort invalidante, et qui dans 1% des cas peut évoluer en deux formes sévères : la dengue hémorragique puis la dengue avec syndrome de choc qui est mortelle.

Les conseils aux voyageurs : il n’existe aucun traitement spécifique à l’heure actuelle. Seul un vaccin, protégeant uniquement les personnes ayant eu une primo-infection, est efficace et est réservé aux populations vivant en zone endémique. Ainsi la meilleure protection reste d’éviter les piqûres de moustique.3

La Maladie à Virus Zika 

La maladie à virus Zika (ZIKV) touche principalement l’Amérique latine, avec près de 2 millions de personnes infectées au Brésil en 2015, et le Pacifique. En Martinique, Guyane  et Guadeloupe, le nombre de cas ne cessent d’augmenter.

Le virus Zika peut être transmis par les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus ainsi que par voie sexuelle et in utero.

La maladie à virus Zika est souvent bénigne, sauf pour les fœtus qui sont susceptibles à des malformations sévères, conduisant à des retards mentaux irréversibles chez l’enfant. La maladie à virus Zika passe ainsi la plupart du temps inaperçue, ce qui la rend d’autant plus sournoise. En effet, la mère peut la transmettre à son fœtus sans le savoir.  De plus, des personnes infectées peuvent ramener sans en avoir conscience ce virus et en contaminer d’autres. Ce phénomène risque de prendre de l’ampleur en considérant la prolifération d’un vecteur de ce virus, le moustique tigre.

Les conseils aux voyageurs : malheureusement, aucun vaccin ni traitement n’est connu à ce jour. La seule protection est donc d’éviter tout piqûre de moustiques dans les zones à risque.4,5

La Maladie à Virus Chikungunya

La maladie à virus Chikungunya (CHIKV), transmise par les moustiques du genre Aedes, affecte principalement les continents africain et asiatique sur un mode endémo-épidémique, avec près de 2 millions de cas avérés en Inde depuis 2006. Cette maladie a fait son apparition dès 2007 en Europe, où une flambée épidémique est apparue au Nord-Est de l’Italie. Depuis, de nombreux cas ont été détectés dans les départements et territoire français ultra-marins, plus propices au développement d’Aedes aegypti. De plus en plus de cas autochtones sont également recensés chaque année en France métropolitaine, comme par exemple 17 cas autochtones en 2017. Comme pour les autres maladies vectorielles portées par les moustiques Aedes, l’hypothèse d’une dissémination plus large en Europe et en France ne peut plus être exclue en vue de la prolifération de son vecteur, le moustique tigre.

La maladie à virus Chikunguyna n’est pas une maladie mortelle, mais entraine une fièvre importante avec des douleurs articulaires sévères, qui peuvent devenir chronique dans près de 10% des cas et jusqu’à 3-5 ans après une infection aiguë. Des formes neurologiques graves ont même été constatées lors de l’épidémie de 2005 sur l’Ile de La Réunion.

Les conseils aux voyageurs : il n’existe cependant aucun traitement spécifique contre la maladie à virus Chikungunya. Un vaccin est actuellement développé à l’Institut Pasteur et en essai clinique d’efficacité de phase III.6

La Fièvre Jaune

La fièvre jaune, transmise par un virus porté par les moustiques du genre Aedes et Haemagogus, est présente dans 47 pays et menace 42 autres pays, principalement en Afrique, Amérique du Sud et Amérique Centrale. Elle est parvenue pour la première fois en Asie en 2016 en étant ramenée par des Chinois, travaillant en Angola.

La fièvre jaune est une maladie dont le taux de mortalité est élevé, de 20 à 60% des cas selon les épidémies.

Les conseils aux voyageurs : cette maladie devrait peu à peu disparaître puisqu’un vaccin anti-fièvre jaune, parmi les meilleurs vaccins viraux actuels, est produit à l’Institut Pasteur de Dakar et assure une excellente protection à long-terme contre la maladie. La réglementation internationale le rend d’ailleurs obligatoire avant toute entrée en zone endémique.7

Ainsi quelle que soit la région du monde visitée, la protection contre les piqûres de moustiques est la solution qui reste à privilégier pour limiter le risque d’infection et de transmission des maladies vectorielles. Les mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques, conseillées par l’ARS, sont : le port de vêtements amples et imprégnés d’insecticides, l’application de répulsifs cutanés sur les zones non couvertes, la protection du logement à l’aide de diffuseur d’insecticides et l’utilisation de moustiquaires de lit. Enfin, il est conseillé de reporter tout voyage en zone endémique pour les femmes enceintes.8–10

Claire Grison - Ingénieur en Biochimie, Docteur en Chimie Organique et Rédactrice Scientifique

Références : 

[1]  H. Dahmana and O. Mediannikov, Pathogens, 2020, 9, 310.

[2]  Institut Pasteur, Paludisme : informations et traitements, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/paludisme?&emkfid=EMF-1353983600-k-pasteur%2520paludisme-171015487869-b-s&gclid=CJvSkMil6tMCFea97Qod_UQKQw.

[3]  Institut Pasteur, Dengue, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/dengue.

[4]  A. mondiales Canada, Virus Zika, https://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/conseils-sante-voyageurs/152.

[5]  Institut Pasteur, Zika, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/zika.

[6]  Institut Pasteur, Chikungunya, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/chikungunya.

[7]  Institut Pasteur, Fièvre jaune, https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/fievre-jaune.

[8]  Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Maladies transmises par les moustiques, https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/informations-pratiques/risques/risques-sanitaires/article/maladies-transmises-par-les-moustiques-paludisme-fievre-jaune-chikungunya.